Théâtre Intranquille
LA COMPAGNIE   /   À L’AFFICHE   /   LES SPECTACLES   /   RENÉ BIZAC   /   CONTACT
STAN ET LES PAPOUS   /   Les Petites lumières jaunes   /   La Valse des météores   /   Tarmac   /   Tartare
François Mailliot   /   Sous le ciel   /   Peau de loup   /   Rue des Jonquilles   /   No doubt
La Valse des météores

de RENÉ BIZAC

janvier / février 2001
au Centre Culturel Jacques Franck


Auteur: René Bizac
Mise en scène: Guy Rombaux
Assistant: Stéfan Sattler
Comédiens: Laurent Capelluto et Stéphane Fenocchi
Scénographie: Marcos Vinals Bassols
Musique: Patrick Brüll
Lumières: Philippe Nicodème
Maquillage et costumes: Régine Mouffe
Production: Audience Production asbl
Affiche visuel / Photos: Stéphane Carlens, Laurente Capelluto
et Stéphane Fenocchi

Une création du Théâtre Intranquille asbl,
en co-production avec le Centre Culturel Jacques Franck.













Au début, il ya juste deux personnages dans un salon-lavoir. Deux personnages qui vont faire leur lessive. Et puis l'histoire dérape... Un hublot s'ouvre... Comme l'appel d'un voyage. Voyage à l'intérieur d'eux-mêmes. Cruel. Rêve éveillé où se vivront les blessures, les fantames, les désirs. Alors il y a le travail, les amis, la famille. L'Autre est là, de l'autre côté du miroir, mais ils ne le voient pas. Ils ne se voient pas. «Moi a per mon moi». Et pourtant il y a l'envie. Paradoxale. Comme une valse improbable entre des météores...

Texte et édition:

«Histoire d'un autre», qui fait partie de «La Valse des météores» a été édité par la Revue des arts de la scène "Scènes", publication de la Maison du spectacle - la Bellone, Juin 1999.

Extraits des critiques:

«Le texte, riche et ponctué d'humour noir salvateur, dévoile la cruauté intérieure commune et dangereuse, avec, en trame, la question «suis-je né aux autres?» » (S. Colasse – «La Libre Belgique»)

«René Bizac aime décidemment les histoires d'eau. Après l'envoûtant «Prince de la pluie», actuellement jouée à Liège, sa nouvelle pièce campe dans un salon-lavoir. Le lavage, comme la pluie, n'est pas le sujet central du drame mais son moteur : l'eau révèle nos mers intérieurs. Ici, elle soulèvera les vagues secrètes de deux personnages, conduits à nous conter cinq fables étranges et à changer autant de peaux…» (L. Ancion – «Le Soir»)

«Un spectacle à écouter et regarder comme un poème/policier plein de doutes et de questionnements: sur la vie, la fraternité, la naissance, l'autre, la peine de mort, les grandes causes humanitaires. C'est quoi «être», «faire», «agir»«Comment peut-on dialoguer vraiment,a ller vraiment vers l'autre... Et voilà que la fin éclate, rupture et réconciliation, cri et tendresse, désespor et lumière qui tranche l'espace. Spectacle qui déploie l'imaginaire individuel, spectacle plein d'ouvertures, à savourer comme un fruit venu d'ailleurs plein de granulés surprenants.» (C.Simon – Idearts)