Théâtre Intranquille
LA COMPAGNIE   /   À L’AFFICHE   /   LES SPECTACLES   /   RENÉ BIZAC   /   CONTACT
STAN ET LES PAPOUS   /   Les Petites lumières jaunes   /   La Valse des météores   /   Tarmac   /   Tartare
François Mailliot   /   Sous le ciel   /   Peau de loup   /   Rue des Jonquilles   /   No doubt
> Flyer STAN ET LES PAPOUS en PDF
STAN ET LES PAPOUS

de RENÉ BIZAC
avec SAÏD BAHAÏD

Du ME. 10 au VE. 12
et du ME. 17 au VE. 19 DÉCEMBRE à 20h30

Au Senghor / www.senghor.be
Chaussée de Wavre 366, 1040 Bruxelles / info@senghor.be /
www.senghor.be / 02 230 31 40


Texte et mise en scène: René Bizac
Comédien: Saïd Bahaïd
Scénographie: Natacha Belova et Hélène Kufferath
Costumes et accessoires: Hélène Kufferath
Création musicale: Johan Derycke
Création lumière: Gaétan Van den Berg
Mouvements: Caroline Cornélis
Régie: Maxime Delvigne
Presse: Cathy Simon
Visuel: Violette Bernard
Photo: Alice Piemme
Merci à Serge Larivière, Emmanuelle Mathieu,
Seloua M'Hamdi et Patrick Dehalu

Merci à Serge Larivière, Emmanuelle Mathieu, Seloua M’Hamdi et Patrick Dehalu

Une création du Théâtre Intranquille asbl
avec le soutien de l'Espace Senghor.

« Stan et les Papous» c'est l'histoire d'une (re) naissance...
C'est l'histoire de Stan, taximan à Bruxelles.
Ca fait des jours qu'il ne dort plus. Toujours sur le quai, à attendre « le train de Morphée».

Peut-être à cause des clients, qui n'arrêtent pas de déverser leurs « miettes» dans sa voiture.
Ou de la recette du « spruit», qu'il a encore oubliée.
Ou des proverbes de son père.
Ou de son collègue Francis.
Ou des vingt barres de chocolat par jour, qui lui rappellent « Mademoiselle Jeanne».
Ou peut-être de cette femme si belle, avec son sourire si calme...

« Stan et les Papous» c'est un voyage initiatique, une épopée en « spoutnik», entre la « Place du jeu de balle» et les « arbres jusqu'au ciel», une plongée en apnée dans la mer intérieure... Ca rit, ça chante, ça danse, ça nage, ça pulse, ça râle, ça éructe, ça vole…

« Stan et les Papous» ce sont les retrouvailles de René Bizac et Saïd Bahaïd, quinze ans après la création du « Prince de la pluie»
(« Un petit miracle, un petit bijou», L. Ancion, « Le Soir»).

Un spectacle drôle, tendre, poignant, tout en finesse et évocations, qui nous parle de nous.
Tout simplement.