Théâtre Intranquille
LA COMPAGNIE   /   À L’AFFICHE   /   LES SPECTACLES   /   RENÉ BIZAC   /   CONTACT
STAN ET LES PAPOUS   /   Les Petites lumières jaunes   /   La Valse des météores   /   Tarmac   /   Tartare
François Mailliot   /   Sous le ciel   /   Peau de loup   /   Rue des Jonquilles   /   No doubt
> Présentation du spectacle dans la presse en PDF
Sous le ciel

de RENÉ BIZAC

novembre / décembre 2008
Création au Centre Culturel Jacques Franck


Texte: René Bizac
Mise en scène: Flore Vanhulst
Assistante: Maïa Aboueleze
Comédiens: Quentin Marteau, Ana Rodriguez, Laurence Warin
Lumières: Aude Dierkens-Gits
Mouvement: Leslie Mannès
Musique: Maelström

Une création du Théâtre Intranquille
en coproduction avec le Centre Culturel Jacques Franck.







Môme fuit la Fédération vers la Zone, sorte de maquis où vivent les “nationaux”, leurs ennemis. Elle a le ventre rond et fuit pour tenter sa chance ailleurs quand elle rencontre l'Indien. Tous les deux vont se mentir, s'observer, se manipuler pour assurer leur survie. Ils sont ensuite rejoints par l'Amazone...

“A la lecture, sous le ciel est un texte qui percute, par la parole qu'il porte, les thèmes qu'il évoque et la forme qu'il propose. Il avance sur un fil, et propose au théâtre un objet étrange, disponible et ouvert. son langage mélangé, poétique, populaire, rythmique ; sa dimension fantasmatique mariée à son histoire très concrète, mélange un fil narratif mystérieux, proche du rêve, tout en interrogeant très concrètement un public contemporain.

Le monde d'aujourd'hui, en proie à de nouveaux modes de fonctionnements mondiaux, sur lesquels l'individu ne semble avoir aucune prise, manque cruellement d'une connaissance du passé et d'une vision d'avenir. vers quoi nous dirigeons-nous? Vers quelle réalité quotidienne pour tous? Utopie dramatique, Sous le Ciel parle d'hommes qui ne se souviennent plus d'où ils viennent, et qui ne savent pas non plus où ils vont. La pièce fait la mise au point sur ce sentiment d'insignifiance de l'être qui se débat dans le monde pour trouver des repères.

L'art de René Bizac est de nous proposer une vision poétique, dans un univers d'anticipation mais qui est pourtant, si proche de nous. Il imagine un lieu existentiel, un lieu du questionnement sur soi. C'est «la zone», un terrain de guerre, de famine et de maladie, dans laquelle trois personnages tentent de sauver leur peau. Exclus des régimes en place, nos protagonistes entament un parcours fait de solitude et de rencontres, de mensonges et de révélations. En creux, la pièce nous interroge sur une prise de conscience «collective», sur la nécessité de solutions politiques. elle renvoie chacun à ses responsabilités, à sa participation au monde, à la vision de la vie qui se transmet de générations en générations. Elle pousse aux rêves, aux espoirs et aux changements toujours possibles, selon notre volonté individuelle… de s'inscrire dans un tout.»
(Flore Van Hulst, metteure en scène)

Texte et Publication:

«Sous le ciel» est édité par Hayez Editeurs dans la «Collection Hayez & Lansman».
«Sous le ciel» a été sélectionné pour le Grand Prix de Litterature Dramatique 2009.

Extraits de critiques:

«Ce texte rhapsodique de René Bizac à l'écriture à la fois brutale et d'une délicatesse poétique, crée un monde étrange, imaginaire, mais qui évoque notre contemporanéité.... Dans cette atmosphère apocalyptique, la brillante mise en scène de Flore Van Hulst joue avec la sensation contradictoire d'éloignement et de proximité, physique et évocatrice... Dans cette pièce saisissante qui se déroule quelque part «sous le ciel», on tombe dans le vide, noir, par manque de repères, adhérant à la quête éperdue de Môme, l'Indien et l'Amazone, tout en ouvrant les yeux.»
(C. Perotti – La Libre Belgique)

«Dans la Zone, trois personnages à la dérive se confrontent et s'allient dans uns étrange athmosphère apocalyptique. L'inquiétante et brillante mise en scène de Flore Van Hulst met en exergue le questionnement sur notre propre monde dans le texte rhapsodique de René Bizac. Etrange, saisissant, d'une beauté obsédante.»
(La sélection de la Libre Belgique- C. Perotti)

«L'auteur délivre un texte poétique qui résonne et touche en plein coeur. Sur un rythme percutant, les mots font naître images et sensations. Sous ce ciel sombre et pénétrant, le rêve et le mystère éclairent l'horizon de leurs étoiles. Dans cet univers imaginaire, le clin d'œil au réel est frappant. Où allons nous? Cette quête, au cœur de la pièce, reste irrésolue. Loin des certitudes véhiculées par les histoires toutes tracées, la voie ici est ouverte à toute interprétation. Un indice seulement pourrait éclairer notre cheminement : peu importe où l'on va, tant qu'une lueur d'espoir persiste dans le ciel, tout dans notre vie reste possible…»
(B. Fiora – Culture et dépendances )